Usages et mésusages du métissage

Journée d’études du jeudi 27 février 2014 – Université de Nantes

L’étude des « contacts » et des « croisements » entre cultures différentes s’inscrit dans une longue tradition anthropologique qui remonte pratiquement à l’origine de cette discipline. Ces notions ont également connu des développements importants et une assez grande fortune dans d’autres disciplines, notamment en archéologie, en histoire. Les termes employés pour décrire et théoriser ces phénomènes de transferts et de transformations culturels se sont multipliés depuis le début du XXe siècle et ils ont subi des glissements sémantiques et des changements de sens. Caractérisé par des mots comme acculturation, transculturation, interculturation, traduction, métissage, créolisation et hybridation, branchement, transfert, ce lexique a connu des mutations qui ne peuvent s’expliquer que par les contextes sociopolitiques qui leur ont donné naissance et les tensions idéologiques qui agissent sur leur sens. Le paradigme du métissage a été largement critiqué (Amselle) dans la mesure où il a pu recouvrir la conception qu’il résultait du contact de cultures, sinon pures, au moins définies dans des frontières plus ou moins étanches. Les travaux sur le « métissage » ont donc désormais pour propos l’étude de sociétés qui ont toujours été en situation de contact.

Mais que recouvre ce terme ? Quels liens rattachent les métissages du passé avec ceux du présent ? Peut-on qualifier de « métissages » les mélanges que l’on observe aujourd’hui dans tous les domaines de la culture ? Ce questionnement constitue une tentative d’ordonner les matériaux et de placer le métissage dans son contexte historique d’émergence afin d’en dégager les traits caractéristiques qui rendraient son emploi encore pertinent, en le rapprochant ou en le distinguant d’autres termes proposés pour rendre compte du contact des peuples comme créolité, syncrétisme, bricolages et autres « branchements ». De plus, pour répondre également à ces questions, il convient au préalable de distinguer le métissage, terme moderne qui décrit un processus social, de celui de métis, mot qui se réfère à la singularité d’une expérience. D’où l’intérêt du champ historique qui prend en compte le temps pour observer les processus de métissages.

Cette journée d’études se propose donc d’étudier la question du vocabulaire du métissage, à savoir les concepts utilisés par les chercheurs pour rendre compte des phénomènes de métissage, leur évolution, leur redéfinition, mais aussi les mots utilisés par les acteurs sociaux eux-mêmes pour définir leur propre identité ou définir une altérité particulière. Cet axe insistera aussi bien sur la dimension biologique et corporelle du métissage, que culturelle. Il interrogera également les représentations autour de la biologisation du social.

Avec la participation de :

Patrick Bernier et Olive Martin, Artistes plasticiens vivant à Nantes.

Frédérique Biville, Professeur émérite, Université Lumière Lyon 2 – Maison de l’Orient et de la Méditerranée – UMR 5189 CNRS HiSoMA.

Philippe Chanson, Docteur en anthropologie affilié au Laboratoire d’anthropologie prospective, LAAP, de l’Université de Louvain.

Antonio De Almeida Mendes, Maître de conférences en histoire moderne, Université de Nantes, CRHIA (STARACO).

Cyrille Prévaud, adjoint de direction de l’association Tissé Métisse, Nantes.

John Tolan, Professeur d’histoire médiévale, Université de Nantes.

Jérôme Wilgaux, Maître de conférences en histoire grecque, Université de Nantes.

Consulter le programme

MEDI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search