Le projet

En 2013, l’agence nationale de la recherche a lancé un appel à projet sur le thème « Métamorphoses des sociétés », principalement à travers l’émergence et l’évolution des cultures et des phénomènes culturels. Cet appel à projet étant lié à un contexte et une actualité particulière puisqu’il s’inscrit dans un environnement marqué à la fois par de nouvelles formes d’échanges, d’interdépendance et de différenciation entre les cultures, et par certaines formes de globalisation des modes de vie et de pensée. Il doit permettre l’étude des sociétés et des cultures dans leurs transformations et dans leur invariance. La compréhension des phénomènes en jeu dans les différents processus de transformations ou d’invariance, quelques soient les plans où ils se situent (politique, social, économique, culturel) ou les échelles, nécessitent à la fois une mise en perspective historique, une analyse de la pluralité des contextes, mais également une analyse des perceptions que les individus, les groupes et les sociétés peuvent en avoir.

Cet appel à projet comprenait plusieurs axes thématiques dont un qui a particulièrement retenu notre attention : « Pluralité et variabilité des cultures » A travers cet axe thématique, il s’agit d’observer d’une part en quoi l’évolution des cultures et des sociétés procède de leurs interactions permanentes. Il s’agit de montrer d’autre part que la pluralité empirique des faits socioculturels s’appréhende comme le produit transhistorique des emprunts, transferts et échanges, mais également rejet et résistances, qui opèrent constamment entre elles. C’est en effet à partir de ce postulat que tente de rendre compte un certain nombre de notions et d’outils conceptuels en constantes redéfinitions et donc non encore stabilisées, telles que « métissage », « créolisation », hybridation », « branchement », « identité », « altérité », entre autres.

Aussi, étudiant les thématiques des échanges, des métissages culturels, et des dialectiques identitaires au sein des sociétés antiques, il nous a paru opportun de proposer un projet d’étude qui réunirait à la fois des personnalités du monde scientifique et universitaires, mais également du monde associatif afin de favoriser l’interdisciplinarité et les échanges d’expériences. Nous avons donc choisi d’intituler ce projet d’étude « Métissages et dialectiques identitaires : mondes anciens, mondes contemporains » – MEDI.

Ce projet s’articule autour de la réflexion sur les processus à l’œuvre dans les transformations humaines, tant dans le domaine matériel qu’immatériel, tout en pointant les contradictions qu’offrent ces termes d’un point de vue sémantique et lexicographique. En effet, même si ces concepts portent en eux de nombreux paradoxes et imprécisions, ils demeurent commodes pour toute étude qui s’intéresse aux relations humaines, car ils contiennent des dimensions qu’il nous appartient encore d’explorer, d’illustrer et de redéfinir. Ce projet concerne donc à la fois notre discipline historique mais également différentes disciplines liées aux sciences humaines et sociales, et ce, autour de trois axes : Mots métis – Voix métisses / Expériences métisses / Patrimoines métis.

L’action « Métissages et dialectique identitaire : mondes anciens mondes contemporains » a été présenté et validé dans le cadre du Contrat Plan Etat Région – CPER 10 des Pays-de la Loire le 5 juillet 2013. S’inscrivant dans l’atelier 1 « Culture, patrimoine, identité » de l’axe n°1 « Patrimoine, Langage, Education, Apprentissage : entre héritages et prospectives   du CPER10 LLSHS, le projet MEDI s’articule principalement autour de la réflexion sur les processus à l’œuvre dans les transformations humaines et permet l’organisation de temps de réflexions et de journées d’études, afin de faire le point sur les recherches en cours.

En 2016, ce programme a reçu l’habilitation du conseil scientifique de la Maison des Sciences de l’Homme de Nantes.

 

 

MEDI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search