Archives de catégorie : Appel à communication

LA PEAULOGIE : REVUE DE SCIENCES SOCIALES ET HUMAINES SUR LES PEAUX.

La revue consacre son premier numéro à la problématique du blanchissement et de l’éclaircissement de la peau humaine. Il s’agit d’interroger le sens des différentes pratiques englobées sous les terminologies d’éclaircissement et de blanchissement de la peau humaine, à partir des rationalisations des sujets qui s’adonnent à ces pratiques. Considérées encore comme des pratiques d’embellissement du corps, mais surtout comme des marqueurs d’une origine sociale prestigieuse, ces phénomènes sont depuis longtemps sortis du champ de l’esthétique, pour investir la sphère du pathologique tributaire de l’agressivité des produits utilisés pour décaper la peau brune, et lui conférer la blancheur recherchée par les Européennes jusqu’au XXe siècle (mais substituée au bronzage d’aujourd’hui), tandis que la couleur « métisse » ou « café-au-lait » continue à faire l’objet d’une quête insatiable chez les femmes africaines, afro-descendantes et indiennes à peau sombre.

Date limite de soumission : 31 janvier 2018

Télécharger l’appel à communication

DIALOGUES, DIFFERENCES, TRANSGRESSIONS

Ce colloque se propose d’examiner d’une part la notion de « l’identité exclusive » incarnée dans le « moi et les autres », et d’autre part, la notion de l’altérité telle qu’elle se manifeste actuellement à travers les représentations et le discours littéraires, linguistique et didactique.

Date limite de soumission : 31 janvier 2018

Lien vers le site de l’AFSSA 2018

À la rencontre de l’Autre sous l’Ancien Régime. Pouvoir, traditions et constructions identitaires

Colloque « jeunes chercheurs » du CIREM – Québec, 20 et 21 juin 2018.

La rencontre de l’Autre, certes, permet au soi de se définir, et c’est dans la confrontation des cultures que les constructions identitaires se dévoilent, se déclinent et se précisent; mais cette définition de soi peut également impliquer la négation de l’altérité, son ensevelissement systématique sous les manifestations d’un pouvoir – militaire, technologique, puis culturel – dominant. Lorsque l’Européen rencontre l’autochtone d’Amérique du Nord, il fait globalement le choix d’affermir le mythe de son pouvoir et de sa destinée téléologique. Se penser comme Autochtone, Français, Européen, Américain ou citoyen du monde implique la connaissance de ce choix du pouvoir, de l’évolution du mythe de la progression évangélique au sein duquel se sont pensées les dissemblances et ressemblances dont témoigne abondamment ce qu’il est convenu d’appeler la « littérature de contact », soit l’ensemble des écrits qui thématisent la rencontre entre les cultures du Nouveau Monde et de l’Ancien.

Date limite de soumission : 26 février 2018

Lien vers le site de l’UQAC