Actualité du projet

Communication : “Multiplicité et confusion d’usages des phénomènes de métissage : quelles certitudes méthodologiques ?”, in Une discipline intranquille : écritures et appropriations de l’Histoire, Journées scientifiques de l’université de Nantes, 2 juin 2017.

Le métissage est un concept particulièrement problématique. Ce terme moderne, qui décrit à la fois un processus biologique et social, est chargé de valeurs. L’anthropologue Jean-Luc Bonniol (2001) a particulièrement montré la fascination exercée par cette notion à travers l’évocation de sa dimension charnelle : « derrière le mot, c’est toujours l’étreinte des corps qui se profile ». Toutefois, longtemps connoté péjorativement au nom de la pureté, le métissage participe, depuis plusieurs années, d’une mode à la fois scientifique et médiatique qui lui donne un contenu valorisant, notamment à travers la catégorie de « métissage culturel ». Néanmoins, il demeure ambigu. Il est l’objet de représentations variables selon les époques, les lieux et les approches disciplinaires. Il y a quelques années, Serge Gruzinski, dans son ouvrage Pensée Métisse, proposait de réfléchir sur les processus de métissage tout en pointant les contradictions qu’offrait ce terme d’un point de vue sémantique et lexicographique. Toutefois, il insistait sur le fait que ce concept devait être redéfini et que les historiens pouvaient largement l’utiliser dans le champ des études historiques et des sciences sociales. Aussi, quels sont les outils dont disposent les enseignants et les chercheurs pour étudier les phénomènes de métissages ? Quels sont les liens qui s’opèrent entre discipline enseignée et discipline savante sur ces phénomènes ?

Ecouter la communication

Télécharger le programme

 

MEDI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search