L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité

Ouvrage sous la direction de Lenita Perrier
avec la collaboration de Oscar Quintero et Marion Botter

Editions L’Harmattan, 2018

L’ouvrage reprend la communication faite par Benoît Carteron et Estelle Laboureur : “Se définir Caldoche et métis en Nouvelle-Calédonie. Complexité identitaire et clivages politiques”, lors de la journée d’études “Voix métisses” du projet “Métissages et dialectiques identitaires” à la MSH de Nantes le 24 octobre 2014

Il comprend en outre l’article de Lénita Perrier : “Idéologie, mythe et reconnaissance sociale.  Encoding/Recoding le paradigme brésilien de couleur”, qui aborde l’identité afro-brésilienne à Paris dans le contexte d’immigration brésilienne en France. Le ressenti des Brésiliens noirs et métis vis à vis des rapports socio-raciaux met en cause le métissage à la brésilienne idyllique au profit d’une conscience citoyenne plus complexe plus complexe.

Présentation éditoriale de l’ouvrage :

La question identitaire, qu’elle soit construction de sa propre identité, représentation de l’altérité ou vivre ensemble, est centrale et ce d’autant plus en cette période actuelle de multiplicité des identités et des conflits qui en découlent. Cet ouvrage se propose ainsi d’analyser les processus d’identification mis en tension dans les situations sociales d’hybridité et
d’ambivalence caractérisant le contexte de crise de la modernité dans le monde contemporain. Certains remparts s’élèvent face à la fluidité des liens sociaux, autant dans la sphère privée que dans la sphère publique, notamment par un retour vers des valeurs plus traditionnelles, des cadres de référence identitaires plus solides et fortement hiérarchisés. L’un des objectifs centraux de cet ouvrage est d’approfondir la critique sociale des discours sous-tendant les appartenances, les processus de subjectivation et d’identification à caractère éminemment négociable et révocable. Nous questionnons, d’une part, les ambivalences singulières aux appartenances et aux besoins identitaires des acteurs sociaux et, d’autre part, la fluidité et l’affaiblissement des liens sociaux et du corps institutionnel au sein des sociétés modernes. Il s’agit alors d’examiner les modalités d’identification attachées à l’évolution du vivre ensemble et du lien indéfectible de dépendance entre l’individu et le collectif, en tant que socle fondateur de la vie commune.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.